26 décembre 2005

Malaxe! Plus t'en mets, plus t'en as

Drame du quotidien. Hier soir, aux environs de 19h25, Garbin Secrule rentre chez lui, guilleret. En effet, il vient d’être augmenté, la France a toutes ses chances pour le mondial 2006 et Francis Lalanne n’a pas sorti de nouvel album. Pour fêter ça, il vient de faire des emplettes dans le magasin But à côté de chez lui : des cadeaux pour sa femme (un appareil à crêpe réversible, le dernier picsou magazine, un poster géant de Daniel Ducruet et un rouleau d’essuie-tout à fleur). Tout cela lui a coûté assez cher, mais qu’importe. Il tourne la clé dans la serrure de la porte du hall de l’immeuble, prend l’escalier car comme toujours l’ascenseur est bloqué au 8° étage et se farcie les 6 étages à pieds. Mais cela ne le gêne pas outre mesure car M. Secrule est heureux. Il tourne la poignée et se trouve enfin dans son appartement après une journée harassante de travail, il caresse son chien Woofi (un teckel) et, voulant alors annoncer sa joie à sa chère et tendre épouse, se croyant déclarer « Ma chérie, je me suis vidé les fouilles au But, en pensant à toi ! », son inconscient prend le dessus et au malheureux de déclamer avec force et conviction « Ma chérie, je me suis vidé les couilles aux putes, en pensant à toi ! ». Là, c’est le drame, ladite chérie, dans un excès de rage malaxe le crâne de son mari avec le dernier mixeur de chez Bruwn, qu’il lui avait acheté la dernière fois qu’il était content. Lorsqu’elle prend conscience de son acte, il est déjà trop tard : M. Secrule est mort et la police sonne à la porte, alertée par un voisine affolée par le fait qu’on puisse préparer une purée de carotte avec un mixeur à 19h30.

Aujourd’hui, Mmme Secrule est en détention provisoire. D’après les experts psychanalystes (c’est ici), le lapsus de M. Selucre serait du à un « changement de paradigme centré sur le travail de symbolisation, sur l’intersubjectivité et l’interaction transféro-contre transférentielle. De ce fait, le sens est plus à construire qu’à révéler et la situation analytique devient une situation pour symboliser. Elle symbolise l’activité de symbolisation elle-même. A cet égard, le cadre et le transfert sur le cadre représentent les conditions nécessaires à cette symbolisation. Le travail s’effectue à deux et l’interaction tranfert-contre transfert passe au premier plan. Troisième polarité associée aux deux autres, celle de l’appropriation subjective de ce travail. “Le moi-sujet devait advenir” selon la formule freudienne célèbre.»

Quelques conclusions s’imposent :

1)     Woofi, c’est un nom ridicule, même pour un chien, Francis Lalanne aussi

2)     Les lapsus, des fois ça fait chier, la psychanalyse aussi

3)     La psychanalyse, quand on vient de broyer son mari, on s’en bat l’oeil

4)     Pour ce qui est du poster de Daniel Ducruet, ne vous inquiétez pas, il est sain et sauf

5)     Femme ou mixeur, parfois il faut choisir

Posté par Badibuh à 20:12 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


Commentaires sur Malaxe! Plus t'en mets, plus t'en as

    Il faut de tout pour un début

    Je suis sûr qu'il a fait du copier coller le "tiens tiens" anonyme. Ligne 10 et ligne 11 il se relâche, il y a deux tienstiens collé. C'est un indice. Je me demande si je ne vais pas me faire une deuxième semaine de vacances. En analyse depuis cinq ans, je crois que ça va. Il faudrait faire un post sur lanalyse au temps de la préhistoire. Tiens tiens je vais le faire.

    Posté par jM, 25 février 2008 à 00:46 | | Répondre
  • Deux tienstiens collés, avec un s. Tienstiens et mille où. Où où où où où où où... Jusqu'à mille (faut pas déconner).

    Posté par jM, 25 février 2008 à 00:47 | | Répondre
  • il semblerait que nous soyons là à un moment important de l'histoire de ce blog j'ai nommé :
    (silence, suspense,autre mot au choix commençant par "s" décrivant une attente) le début....
    j'ai donc pu tout lire et je dois dire que je suis plutôt conquis, par le (doggy) style
    moi je dis donc "daniel" euh non "bravo" (oui j'aime bien les footeux morts) et je redis que je reviendrai rire sous cape ici même
    bye

    Posté par dragibus, 29 avril 2006 à 09:05 | | Répondre
  • tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens

    tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tienstiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tienstiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tienstiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tienstiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tienstiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tienstiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tienstiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tienstiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tienstiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens tiens

    Posté par ., 04 juin 2006 à 05:26 | | Répondre
Nouveau commentaire